Quick Facts

  • Status

    Actif
  • Domicile

    8051 Zurich

  • Date de naissance

    24.03.1993

  • Profession

    Chef de projet entreprise d'informatique

  • Disciplines

    course sur route, contre-la-montre, course sur piste

  • Catégorie de compétition

    MC4

  • Handicap

    Défaut longitudinal fibreux droit

  • Origine du handicap

    Infirmité congénitale

  • Devise

    Don't overthink it


Timothy Zemp sur …

Timothy Zemp a entamé avec succès sa première saison de compétition internationale avec une 3e et une 4e place à la Coupe d’Europe de Marina di Massa (ITA). Un an plus tôt, le jeune homme de 29 ans était devenu champion suisse sur piste. Le Lucernois, qui vit à Zurich depuis ses études d’informatique et a co-créé une entreprise, a enfourché pour la première fois son vélo de route il y a seulement trois ans. Un collègue l’a convaincu d’en acheter un en même temps que lui. Depuis 2019, il s’entraîne sur celui-ci et a entre-temps fait l’acquisition d’un vélo de contre-la-montre.

Tim, comme l’appellent ses collègues, est né avec un raccourcissement du bas de la jambe et trois orteils au pied droit, ce qui le rend dépendant d’une prothèse pour la vie quotidienne et le sport. Il n’a toutefois jamais considéré son handicap comme une limite, car grâce à sa prothèse, il peut tout faire. Son vélo de route n’a même pas besoin d’être spécialement adapté. Dans sa catégorie, la plupart des cyclistes qui prennent le départ sont équipés de prothèses. « Ma prothèse possède un système de suspension pour marcher », explique le Lucernois. Un inconvénient en cyclisme qui pourrait théoriquement être optimisé. « Mais ce n’est pas encore pour demain », explique Tim.

En 2020, Tim s’est inscrit chez PluSport, après y avoir pratiqué le ski de fond lorsqu’il était enfant. Sa petite amie l’avait motivé à le faire, le vélo devenant de plus en plus sa nouvelle passion. Depuis son entrée dans le cadre en 2021, il est coaché par l’entraîneur national Dany Hirs. Celui-ci trouve que Tim est capable d’aller au bout de ses limites et que son seuil de douleur est élevé, ce qui lui est profitable pour les courses contre-la-montre. Sinon, ce passionné de sport apprécie aussi particulièrement la course sur route, car elle est plus tactique et la concurrence plus directe. « Mais je dois encore apprendre la tactique », explique le Kriensois.

Cette saison, Tim veut surtout acquérir de l’expérience au niveau international et si possible se qualifier pour les championnats du monde à Baie-Comeau (CAN). En parallèle, il travaille à 100 % pour son entreprise d’informatique qui compte 40 collaborateurs et collaboratrices. En dehors de son travail, de sa petite amie et du cyclisme, il lui reste donc peu de temps pour d’autres hobbies. Le ski de fond fait partie de son entraînement hivernal. « Je déteste les home trainers », dit Tim en riant.

Il n’y a aucun résultat pour cet athlète.