Quick Facts

  • Status

    Actif
  • Domicile

    6264 Pfaffnau (LU)

  • Date de naissance

    07.08.1979

  • Profession

    Technicienne en radiologie médicale

  • Catégorie de compétition

    SH 2

  • Disciplines

    Carabine à air comprimé et petit calibre couché et debout

  • Origine du handicap

    Sclérose en plaques

La sclérose en plaques de Nicole Häusler a été diagnostiquée en février 2006. Cependant, cette maladie ne l’empêche pas d’être une femme active et de pratiquer du sport de compétition à haut niveau. Adolescente, Nicole Häusler aimait déjà bouger et participait à des courses juniors de cyclisme sur route. Puis, elle a dû renoncer à ces courses en raison de sa formation initiale de dessinatrice en bâtiment. Elle s’est alors acheté une moto afin de pouvoir explorer les alentours. Près de deux ans après le diagnostic de sa sclérose en plaques, elle a également été contrainte de renoncer à la moto, incompatible avec le fauteuil roulant dont elle avait de plus en plus besoin. Par conséquent, Nicole a cherché un nouveau défi sportif à relever. Son choix s’est tout d’abord porté sur le curling en fauteuil roulant. Or, en 2012, une poussée de sa sclérose dans son bras droit l’empêcha de jouer ses pierres avec précision. C’est ainsi que Nicole et les conseillers sportifs de l’Association des paraplégiques ont dû faire face à une tâche difficile : rechercher un nouveau sport. Nicole a fini par trouver son bonheur dans le tir sportif.

De la glace au stand de tir

En 2013, Nicole tient sa première carabine et, quatre mois plus tard, elle peut déjà disputer les championnats suisses, où elle termine première avec un nouveau record de Suisse à la clé. Dès ce moment, sa carrière de tireuse a décollé. Tout s’est passé très vite, même trop vite. Aujourd’hui encore, Nicole Häusler estime manquer de connaissances approfondies dans certains domaines du tir. Il y a néanmoins certains aspects que Nicole a su acquérir rapidement, tels que la manière de tirer avec précision et d’obtenir de bons résultats lors des compétitions.

Nicole Häusler a fait ses premières apparitions dans des compétitions internationales durant l’année 2014. Elle les dispute assise dans son fauteuil roulant. Sa carabine est posée sur un ressort étant donné que Nicole ne peut pas la tenir avec son bras droit. Elle dépend aussi de l’aide d’un accompagnateur ou de l’entraîneur national pour charger et positionner son arme ainsi que pour régler le dioptre. Même si elle reste assise dans son fauteuil roulant durant les compétitions, elle participe tout de même aux disciplines suivantes : carabine à air comprimé debout (R4) et couché (R5) et petit calibre (R9). Les tirs debout et couché se distinguent surtout dans la position des bras et des coudes.

Expérience brésilienne

Seul un dixième de point a dû manquer à Nicole pour se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Rio 2016. Elle a tout de même été sélectionnée par après et s’est rendue dans la métropole brésilienne avec la délégation suisse. Malheureusement, elle n’a pas pu compter sur sa bonne étoile lors de cet événement. Une inflammation du nerf optique dans son œil droit (son œil de visée), provoquée par sa sclérose en plaques, a considérablement endommagé sa vue. Elle n’a donc pas pu faire étalage de tout son potentiel. Malgré tout, elle garde quelques excellents souvenirs de ces Jeux au Brésil.

La sclérose en plaques : un défi

Suite à cette inflammation du nerf optique, la sportive s’est vue contrainte d’utiliser son œil gauche pour viser, ce à quoi elle s’est rapidement habituée. Pour Nicole, 2018 reste pour l’instant sa meilleure année sur le plan sportif. Au tir à la carabine à air comprimé en position debout, elle a manqué de très peu la finale des championnats du monde de Cheongju (Corée du Sud), qui se jouait entre les huit meilleurs tireurs. Nicole, elle, a terminé neuvième. Sa catégorie SH2 regroupe des femmes comme des hommes. En qualité de meilleure femme de la compétition, Nicole a déjà pu s’assurer une place de quota pour les Jeux Paralympiques de Tokyo.

Poussée par ses bons résultats aux championnats du monde, c’est dans un état d’esprit optimiste que la technicienne en radiologie s’est rendue à Belgrade pour les championnats d’Europe. Une qualification pour la finale représentait son objectif. Elle ne l’a néanmoins pas atteint, et son treizième rang final n’est pas à la hauteur de ses attentes. Malgré tout, Nicole a pu acquérir de précieuses expériences dans sa jeune carrière de tireuse.

La sclérose en plaques oblige Nicole à ménager ses forces et à bien écouter son corps. Puisque l’aspect mental s’avère extrêmement important dans le tir, elle est capable de se maintenir dans l’élite mondiale même avec un entraînement quelque peu allégé. L’entraînement au tir reste bien sûr d’une grande importance. En 2019, Nicole a même installé un stand de tir à la carabine dans son jardin afin d’améliorer ses automatismes. En plus du tir, des excursions en handbike, l’équithérapie et la physiothérapie lui permettent de garder la forme.