19. août 2021

Sensibilisation, visibilité et représentation. C’est par ces trois mots clés et l’illumination en violet de la Collégiale de Berne que Swiss Paralympic et Allianz ont lancé la campagne « WeThe15 ». Ce nom fait référence au 15 % de la population mondiale présentant un handicap. En Suisse, c’est le cas de près de 1,7 million de personnes.

Pour avoir de la visibilité, il faut une vitrine. Et c’est ce qu’offrait cette table ronde qui réunissait un impressionnant casting : les athlètes en fauteuil roulant Heinz Frei, Cynthia Mathez et Marcel Hug, la biathlète Theres Huser, la membre du Conseil de fondation de Swiss Paralympic Annick Meystre, le Chef de Mission de Swiss Paralympic Roger Getzmann et le collaborateur d’Allianz Yanick Joss qui est déficient visuel.

Ecoutez le Podcast (en allemand)

Des handicaps pas toujours visibles

« Comme je suis en fauteuil roulant, les gens savent tout de suite ce qu’il en est. C’est une chance pour moi. Cependant d’autres handicaps sont moins visibles », déclare Heinz Frei. Ces 15 % recouvrent en effet une grande variété de handicaps. « Pour moi, être porte-drapeau du para-sport suisse implique également de s’engager au-delà du sport en faveur d’une société plus accessible. »

L’athlète en fauteuil roulant Marcel Hug, qui s’est connecté depuis le camp d’entraînement d’Oita (Japon), porte quant à lui un regard critique sur la campagne : « Je me demande s’il est souhaitable pour nous de nous ranger dans une case. Ces 15 % sont séparés du reste et quand on crée des barrières, on exclut toujours des gens, car il faut alors s’interroger sur la nature du handicap, raisonne l’athlète en fauteuil roulant. D’une manière ou d’une autre, la plupart des personnes ont des limites. Pour promouvoir l’inclusion, la campagne pourrait s’intituler ‹ WeThe100 › puisque nous faisons tous partie de la société. » Il souligne toutefois le point positif de cette campagne selon lui : le fait que les gens prennent conscience que le handicap concerne beaucoup plus de personnes qu’ils ne le pensent.

Un parcours de sensibilisation sur le pont du Kornhaus

Tester un handicap par eux-mêmes. Voilà ce que pouvaient faire les passants et les passantes dans le cadre du parcours de sensibilisation de PluSport. Courir avec une prothèse ou à l’aveugle offre aux personnes qui ne sont pas dans cette situation une meilleure compréhension de ces handicaps. C’est l’une des raisons pour lesquelles la membre du Conseil de fondation de Swiss Paralympic Annick Meystre – qui est pourtant valide – a joué au basketball en fauteuil roulant pendant plus de 10 ans.

La représentation des personnes en situation de handicap est essentielle non seulement dans le monde du sport, mais aussi dans celui de l’entreprise.  « Du fait de ma déficience visuelle, je suis en mesure d’intervenir sur un grand nombre de sujets. Je connais les difficultés du quotidien et je peux ainsi créer un environnement de travail plus inclusif chez Allianz », explique Yanick Joss, qui travaille dans le groupe de projet traitant du handicap et de la diversité.

Mieux que l’intégration : le vivre-ensemble

Le mouvement « WeThe15 » a été lancé en amont des Jeux Paralympiques de Tokyo dans le but de mettre fin aux discriminations des personnes porteuses de handicap et, en tant que mouvement international, d’offrir une vitrine à l’inclusion et à l’accessibilité. La campagne « WeThe15 » a vocation à devenir dans dix ans l’un des plus grands mouvements de défense des droits humains. « Le chemin est encore long. En termes d’égalité, nous sommes loin du compte, mais nous verrons comment la situation évoluera dans les dix prochaines années », indique Annick Meystre.

Les Jeux Paralympiques sont certes un temps fort sportif mais, ces dernières années, ils ont surtout induit des changements positifs dans le pays hôte. Grâce à des performances sportives d’exception, les athlètes paralympiques ont vaincu les clichés et ont aidé les personnes présentant un handicap à bénéficier de chances bien meilleures dans les domaines de l’emploi et de la formation. Au terme des Jeux Paralympiques de Londres, un million de personnes supplémentaires en situation de handicap ont trouvé un poste. Avant les premiers Jeux Paralympiques, qui ont eu lieu au Japon en 1964, les personnes présentant un handicap étaient invisibilisées. Aujourd’hui, les athlètes paralympiques sont acclamés lors des compétitions.

« Même s’il n’y aura pas de public à Tokyo, je sens un grand enthousiasme pour les Jeux Paralympiques chez des bénévoles », relate le Chef de Mission Roger Getzmann, qui se trouve actuellement dans la capitale nipponne. Les athlètes paralympiques ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. La campagne « WeThe15 » entend donc sensibiliser le grand public à toutes les autres personnes en situation de handicap en marge des Jeux Paralympiques. « WeThe15 » redeviendra très bientôt un sujet de conversation, au plus tard lors de la cérémonie d’ouverture à Tokyo.

Photo: Keystone-ATS/Manuel Lopez

05.12.2022

Les courses de para ski alpin ouvrent la saison à St-Moritz

Chaque année, l’élite mondiale du ski paralympique se retrouve à Saint-Moritz. Du 8 au 11 décembre 2022, PluSport Handicap Suisse et l’office du tourisme de Saint-Moritz organisent la FIS Para World Cup sur la piste de la Coupe du monde cette année. Une centaine d’athlètes de 20 nationalités ouvriront officiellement la saison sur le domaine de Corviglia.
Lire plus
30.11.2022

Début de saison pour l'équipe de para ski alpin

C'est avec beaucoup d'élan, des objectifs ambitieux et un nouvel entraîneur que l'équipe de ski alpin entamera dans quelques semaines la nouvelle saison. Avec les courses de Coupe du monde à St-Moritz (8-11 décembre) et Veysonnaz (10-14 janvier) ainsi que les Championnats du monde en Espagne (18-29 janvier), le nouvel entraîneur national Mauritz Trautner ainsi que le quatuor d'athlètes composé de Pascal Christen (29 ans), Robin Cuche (24 ans), Théo Gmür (26 ans) et Thomas Pfyl (35 ans) attendent trois moments forts dans les prochains mois.
Lire plus
25.11.2022

Dans l’élite mondiale en tant qu'athlète professionnelle

Dans la nouvelle édition de la newsletter merci, Swiss Paralympic revient sur la saison d'été réussie des para athlètes. Dans l'interview, la handbikeuse Sandra Stöckli raconte comment et quand elle a pris la décision de tout miser sur la carte du sport.
Lire plus