Beijing 2022 FR 13. mars 2022

L’équipe suisse décroche la médaille visée aux Jeux Paralympiques et la plupart des athlètes réalisent de belles performances. Par ailleurs, Swiss Paralympic est consciente des défis majeurs qui l’attendent.

Au terme des Jeux Paralympiques, Thomas Pfyl manque de peu la médaille en se classant 4e. « C’est dommage, dit le Schwytzois, c’est la place la plus ingrate. » Il est malgré tout heureux d’avoir pu prendre le départ après les fortes douleurs dorsales qu’il a ressenties les jours précédant la course. « Et l’écart de plus de trois secondes avec la troisième place est plutôt important, ce qui limite la déception. » La carrière paralympique de Thomas Pfyl est ainsi terminée, ce qui rend cette quatrième place encore plus ingrate. Bien parti pour décrocher son troisième diplôme, Robin Cuche est éliminé à la deuxième manche. Dans la catégorie assis, Murat Pelit est éliminé à la première manche déjà. Le Tessinois se retire également des Jeux Paralympiques d’hiver. Pascal Christen se classe 14e en monoskibob. Le Lucernois est dans l’ensemble satisfait de sa première sur la grande scène.

Au bout du compte, la délégation suisse rentre avec la seule médaille remportée par Théo Gmür en descente au début de ces Jeux. « Nous pouvons tirer en grande partie un bon bilan, satisfaisant », déclare le président de Swiss Paralympic René Will. « Nous avons atteint l’objectif d’une médaille. » Le chef de la délégation Roger Getzmann se rallie à cet avis. Tous deux relèvent que dernièrement « la chance nous a manqué dans certaines situations », comme le dit Roger Getzmann. Il ajoute qu’il s’agissait aussi de faire en sorte que les athlètes soient les dignes ambassadeurs et ambassadrices de notre pays, « et c’est un succès dans tous les cas ».

René Will souligne également qu’une analyse interne approfondie est nécessaire après Pékin 2022 : « Nous devons nous poser la question de savoir si nous sommes encore suffisamment compétitifs. Et si la réponse est non, avons-nous la possibilité de changer cela ? » Il évoque la professionnalisation croissante sur le plan international, une question qui préoccupe aussi Roger Getzmann lorsqu’il considère notamment les grands succès de l’équipe chinoise. En fin de compte, le défi est avant tout financier si la Suisse veut aussi rivaliser en para sport avec d’autres nations où le soutien étatique est bien plus important.

Ski alpin : se mesurer aux meilleurs

« Nous nous sommes mesurés à des sportifs d’élite et le bilan est positif dans l’ensemble. » Grégory Chambaz, entraîneur national des skieurs alpins, est dans l’ensemble satisfait du déroulement des Jeux Paralympiques. Avec un peu de chance, nous aurions pu décrocher encore une ou deux médailles en plus du bronze de Théo Gmür en descente. Grégory Chambaz pense à Théo Gmür en slalom géant et à Thomas Pfyl en super combiné et en slalom. Mais la concurrence est très forte et tout doit être parfait pour décrocher un podium. Grégory Chambaz reste songeur face à l’explosion des performances de l’équipe chinoise. « J’ai de la peine à comprendre comment on peut former autant d’athlètes de haut niveau en trois ans dans toutes les disciplines », déclare-t-il. En décembre déjà, diverses nations, dont la Suisse, ont déjà émis une protestation auprès du Comité International Olympique (CIP) contre les classements de certains athlètes chinois. « Absolument rien n’a encore été fait », dit Grégory Chambaz. Il est possible que le para ski alpin soit bientôt transféré du CIP à la Fédération internationale de ski (FIS). L’entraîneur national y espère une optimisation possible. « Les classifications des coureurs seront ainsi effectuées de manière professionnelle.

Ski de fond : désir de professionnalisation

En ski de fond, Luca Tavasci est le seul athlète suisse en lice et l’Engadinois livre de belles performances. Il reproduit pratiquement ses résultats de Pyeongchang 2018, ce qui pourrait s’apparenter à un statu quo, mais ça ne l’est pas : la concurrence s’est si fortement renforcée et élargie que cela représente une nette progression. Luca Tavasci et l’entraîneuse nationale Sandra Gredig ont sciemment soulevé le thème de la professionnalisation à maintes reprises durant les Jeux Paralympiques. Pour pouvoir se préparer intensément aux Jeux Paralympiques, l’Engadinois doit prendre des congés non payés, ce qui n’est pas faisable dans la durée. Par ailleurs, la concurrence manque dans notre pays. Il s’entraîne beaucoup avec des sportifs réguliers qui le soutiennent énormément, « mais cela ne fait pas réellement avancer Luca », déclare Sandra Gredig. L’entraîneuse n’est aussi engagée que durant les mois d’hiver. « Dans une saison comme celle-ci avec les CM et les Jeux Paralympiques, je dois moi aussi prendre des jours sur mon travail ». Cortina 2026 demeure l’objectif principal de Luca Tavasci, mais il ne pourra l’envisager qu’avec un statut de semi-professionnel. Comment y parvenir en Suisse, où ‒ contrairement à la quasi-totalité des nations ‒ le soutien de l’État au sport est presque inexistant ? C’est à cette question que Luca Tavasci tentera de répondre dans les semaines et les mois à venir.

Snowboard : des journées grandioses

L’équipe de snowboard vit des journées grandioses à Zhangjiakou. Notamment en raison des belles performances de Romy Tschopp en cross et en banked slalom. En comparaison aux CM de Lillehammer, elle parvient à réduire l’écart avec les premières, bien que son handicap (spina bifida) la désavantage nettement par rapport à ses concurrentes. Sa performance est tout aussi significative pour l’entraîneur Silvan Hofer et pour la scène suisse du para snowboard en général. « Nous avons constitué l’équipe il y a trois ans », déclare Silvan Hofer. Une participation aux Jeux de Pékin semblait alors impossible. Un trio composé de Romy Tschopp, Ellen Walther et Aron Fahrni, a récemment participé aux Championnats du monde. D’autres athlètes talentueux et ambitieux n’attendent que de suivre les traces de Romy Tschopp au niveau paralympique. Les choses bougent et le rayonnement est grand. « Ce serait super si le plus grand nombre possible de candidats et de candidates se manifestaient », souhaite Silvan Hofer. Parions que Romy Tschopp ne sera plus la seule athlète en lice pour Swiss Paralympic à Milano Cortina 2026 !

Curling : le classement ne ment pas

« Désabusé. » C’est le premier mot qui vient à l’esprit de l’entraîneur national Stephan Pfister lorsqu’on le questionne sur son bilan. Une victoire en dix jeux, la dernière place ‒ ce n’est pas ainsi que lui et son équipe envisageaient leur performance à l’Ice Cube de Pékin. La préparation de quatre ans a été fortement compromise, ces trois derniers mois avant tout, avec l’absence du skip Eric Décorvet pour cause de maladie et la recherche précipitée d’une deuxième femme pour l’équipe. Laurent Kneubühl est promu skip, la joueuse de badminton Cynthia Mathez représente « une super solution de secours », comme le dit Stephan Pfister. Mais tout cela entraîne une certaine agitation au sein de l’équipe, des changements de postes sont discutés ; cela ne suffit pas pour faire face à la forte concurrence. « En fin de compte, on se retrouve à sa place dans le classement », conclut Stephan Pfister. Il est encore trop tôt pour connaître la suite selon l’entraîneur national, dont le contrat se termine après les Jeux Paralympiques. Stephan Pfister est toutefois convaincu qu’une équipe forte peut se construire autour du skip Laurent Kneubühl. « Dans les semaines à venir, nous mènerons des discussions intenses afin de savoir où nous voulons aller et avec qui. »

 

Photo: Ennio Leanza/Keystone-ATS

30.06.2022

Meeting des Partenaires 2022 - State du Letzigrund

Quelques impressions de notre meeting des partenaires au Stade du Letzigrund. En plus d'informations, il y avait du para-sport à fleur de peau dans l'infield et de la chair de poule avec le film "The Rising Phoenix".
Lire plus
21.06.2022

Mauritz Trautner est le nouvel entraîneur-chef de ski alpin

Le Swiss Paralympic Ski Team sera désormais entraîné par Mauritz Trautner. L'ancien co-entraîneur de l'équipe nationale d'Allemagne devra continuer à développer l'équipe de Suisse et la mettre sur le chemin qui la mènera à l'élite mondiale.
Lire plus
18.06.2022

Madère, l’île aux médailles dans l’Atlantique

Les championnats du monde de para natation s'achèvent ce soir avec des bons souvenirs. Nora Meister a remporté deux médailles de bronze et Leo McCrea a décroché sa première médaille mondiale.
Lire plus