19. novembre 2019

Pour les athlètes du Swiss Paralympic Team, les Jeux de Tokyo représentent LE temps fort de leur carrière. Ils débuteront dans dix mois environ, et, d’ici-là, les potentiels paralympiens vont s’atteler à une préparation minutieuse en vue de cette compétition. Les mois d’hiver se prêtent très bien à la réalisation de tests dans plusieurs domaines. Un aspect en particulier sera crucial, surtout pour les disciplines en extérieur : le climat. Durant l’été 2020, les sportifs seront confrontés aux températures élevées et à la forte humidité de l’air de Tokyo. Ces conditions climatiques augmentent la difficulté de la pratique du sport et ne se retrouvent pas en Suisse.

Premières impressions de la chambre chaude

Pour se préparer à ce climat, trois athlètes de paracyclisme se sont rendus à Granges (Soleure) pour deux jours. Là-bas, une chambre chaude a été aménagée dans une salle du vélodrome. Cette chambre simule les conditions climatiques qui prévaudront à Tokyo. Elle permet ainsi aux athlètes de se faire une première impression de ce qui les attend au Japon. Le service de médecine du sport du Centre suisse des paraplégiques de Nottwil a assuré le suivi scientifique durant ces deux jours. Les résultats se verront analysés à Nottwil avant de planifier les prochaines étapes. En vue de ces analyses, les cyclistes ont dû avaler une gélule environ six heures avant leur passage dans la chambre chaude afin de mesurer leur température corporelle.

Les tests se sont déroulés de la même manière les deux jours durant. À leur entrée dans la chambre chauffée à près de 30°C pour un taux d’humidité de 80 %, la sportive et les deux sportifs sont tout d‘abord restés assis dans leur fauteuil roulant pendant 30 minutes. Puis, ils ont effectué un échauffement sur leur handbike. Les choses sérieuses n’ont commencé qu’à la prochaine étape : il a fallu accomplir un contre-la-montre de 30 minutes. Cet effort très intense a poussé les trois athlètes jusqu’aux limites de leurs capacités. « Le contre-la-montre fut très difficile dès le début. Pendant la deuxième moitié, j’ai eu extrêmement chaud et j’ai eu de la peine à maintenir ma vitesse », raconte Sandra Stöckli, en sueur après cet exercice. Les athlètes devaient évaluer leur sensation de chaleur sur une échelle de 1 à 4. Au final, tous ont choisi le plus haut palier.

Refroidissement avant l’effort

Après un jour de repos, Sandra Stöckli, Alain Tuor et Tobias Fankhauser se sont à nouveau retrouvés à Granges pour la deuxième partie du test. Cette fois-ci, ils devaient porter un gilet réfrigérant pour la première partie de l’exercice dans la chambre chaude, afin de refroidir leur corps avant l’effort. De plus, ils ont reçu un granité, une boisson à base de glace pilée. Après 30 minutes, ils ont retiré leur gilet réfrigérant pour ensuite accomplir l’exercice sur leur handbike. Les trois cyclistes ont trouvé la sensation de chaleur plus supportable que lors du premier test. Alain Tuor a d’ailleurs choisi « seulement » le 3 sur l’échelle de température. Il ajoute : « Grâce au gilet réfrigérant et à la boisson glacée, je n’ai heureusement pas eu autant chaud qu’avant-hier. »

Tobias Fankhauser reconnaît : « Si les conditions climatiques s’avèrent vraiment aussi extrêmes que dans la chambre chaude, les courses seront d’autant plus difficiles. » De son côté, Fabian Grossman, du service de médecine du sport à Nottwil, souligne : « Les premiers résultats nous montrent qu’un refroidissement préalable a tendance à conduire à de meilleures performances. »

27.09.2021

Les moments forts de Tokyo 2020

Tokyo 2020, c'est du passé. Et nos athlètes ont écrit un grand chapitre de l'histoire de ces Jeux. Ils ont remporté 14 médailles. Depuis les Jeux d'été de 2004 à Athènes, il n'y en a jamais eu autant. Le clip vidéo de SRF montre les moments forts des Jeux d'été à Tokyo.
Lire plus
16.09.2021

Geberit est nouveau partenaire de Swiss Paralympic

« Le meilleur pour les meilleurs » : C’est en vertu de cette devise que Geberit a conclu un partena-riat avec Swiss Paralympic à la suite du succès rencontré lors des Jeux Paralympiques de Tokyo. L’entreprise active dans le secteur des produits sanitaires et sise à Rapperswil-Jona sera le four-nisseur de la fondation ces deux prochaines années.
Lire plus
13.09.2021

Karin Suter-Erath met fin à une belle carrière sportive

La joueuse de badminton Karin Suter-Erath a clos sa carrière en beauté aux Jeux Paralympiques de Tokyo en remportant une 5e place en simple et une 4e place en double. Elle souhaite à présent se retirer du sport de compétition.
Lire plus