17. mars 2018

Luca Tavasci a terminé au 16e rang du 10 kilomètres en technique classique avec un retard de 3’23’’4 sur le vainqueur et a ainsi répondu aux attentes lors de cette troisième course également.

Après la course, le golden boy du ski alpin Théo Gmür attendait son coéquipier fondeur dans la zone mixte. Ils peuvent tirer le même bilan sur un point: « Nous avons tous les deux dépassé les attentes », explique le triple champion paralympique Théo Gmür. Même si le niveau n’était pas le même. « Aujourd’hui, je peux être satisfait du déroulement de la course et de ma performance. Je peux tirer un bilan positif dans l’ensemble », confirme Luca Tavasci.

L’Engadinois a enclenché la quatrième vitesse dès le départ et n’a pas fait le jeu de l’attente. Il était 17e après le premier tour, tout comme au kilomètre 6,6, et a ensuite passé la cinquième vitesse en ajoutant la transmission intégrale pour progresser d’une place. « Je n’ai pas fait preuve de retenue au départ, mais je me suis servi de ma tête », a insisté un Luca Tavasci qui ne semblait pas du tout vidé avant que des bénévoles coréens germanophones ne lui demandent de les rejoindre pour faire un selfie. Pour une fois, il a laissé Théo Gmür derrière lui. Ce n’est que lors de la deuxième séance de photo que le prodige valaisan s’est mis en évidence. Mais la médaille d’or n’a pas manqué de faire son effet, car de nombreux yeux étaient tournés vers Théo Gmür après la course.
Tenir une médaille d’or en main a déclenché quelque chose chez le fondeur. « À l’avenir, je vais m’entraîner de manière encore plus intensive et systématique pour pouvoir peut-être remporter une médaille un jour. Ce serait une belle sensation. Je vais maintenant rentrer à la maison mardi avec des souvenirs positifs pour mes premiers Jeux Paralympiques », a conclu Luca Tavasci, le seul fondeur de l’équipe suisse.
Son entraîneuse Rilana Perl semblait également détendue après sa première manifestation de grande envergure. « Luca a confirmé sa sélection à chaque course et réalisé aujourd’hui son meilleur résultat sur 10 km. Je m’en réjouis. Nous ne savions pas exactement ce qui nous attendait et cela fait d’autant plus plaisir. » Comme Théo Gmür, Rilana Perl a étudié/étudie les sciences du sport à Macolin. Un Canadien, un Allemand, un Polonais, un Finlandais et un Norvégien se sont classés devant Luca Tavasci. Les autres fondeurs venaient de l’Est.
Le duo grison a vécu deux semaines passionnantes avec relativement peu d’émotions au début mais beaucoup plus vers la fin. En 2022 à Pékin, ils ne veulent pas seulement être présents mais faire davantage partie de l’action. La motivation est là.
[A1]Etwas mehr als drei Minuten für 10 km schien uns etwas zu schnell. Wir haben nachgeschaut und es handelt sich hier um das Delta der Zeiten:
https://www.paralympic.org/pye...
Wir haben den Satz entsprechen angepasst. Alternativ wäre es auch möglich, die Gesamtzeit oder den Rückstand auf den Sieger anzugeben:
Gesamtzeit: … avec 30.13’4’’ et…
Rückstand: …avec un retard de 3’23’’4sur le vainqueur et…

30.07.2021

Cela se concrétise : les Jeux Paralympiques sont imminents

25 jours avant le début des Jeux Paralympiques à Tokyo, les athlètes de Swiss Paralympic ont vécu un moment d’importance cruciale : la remise des tenues à Luterbach. Cet événement a été une journée très intense et inspirante pour l’équipe.
Lire plus
15.07.2021

Fort comme un ours pour les athlètes

Depuis juillet 2021, Para-Bear accompagne les athlètes d’élite handicapés sur leur chemin vers les Jeux Paralympiques, les Championnats d’Europe et les Championnats du monde. Son objectif est ambitieux : Il recherche des supporters prêts à soutenir financièrement le sport handicap d’élite en Suisse. Peu importe le montant, chaque centime compte.
Lire plus
12.07.2021

La composition de l’équipe est connue, maintenant place à l’euphorie

Le coup d’envoi des Jeux Paralympiques sera donné dans 42 jours, le 24 août 2021, avec un an de retard, la pandémie ayant sérieusement bouleversé la planification. Néanmoins, l’équipe suisse sera bel et bien de la partie. Au total, une vingtaine d’athlètes, dont 13 femmes et 7 hommes, tenteront de décrocher une médaille dans la capitale nipponne. Lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui (12 juillet) au clinique de réadaptation de Bellikon, le signal de départ définitif a été donné.
Lire plus