18. mars 2018

La Cheffe de Mission Luana Bergamin dresse le bilan des Jeux Paralympiques de PyeongChang. L’objectif a été atteint – quoique.

Au moins trois médailles – deux de plus qu’à Sotchi en 2014, telle était la directive de Luana Bergamin pour l’équipe de treiz athlètes. « L’objectif a été atteint », constate la Grisonne au terme des neuf jours de compétition. « D’autant plus que ce sont trois médailles d’or. Cependant, toutes sont sur le compte de Théo Gmür. Il a brillé partout avec des victoires en descente, en super-G et en slalom géant, et pas seulement du point de vue suisse. »
On comptait sur une place de podium pour le vainqueur au classement général de la Coupe du monde et du slalom géant de Haute-Nendaz de 22 ans, mais personne ne pensait à une triple médaille d’or. « Théo s’est préparé de manière concentrée, a pu encore s’améliorer après une saison intense et a inspiré la sympathie. Sans lui, le bilan serait sombre. D’autres athlètes pour lesquels nous espérions une médaille n’ont pas répondu à nos attentes. Même les plus chevronnés doivent entreprendre une analyse des perspectives d’avenir avec nous », demande la Cheffe de Mission.
Le double vainqueur des Jeux Paralympiques Christoph Kunz (Reichenbach) a chuté en super-G avec le meilleur temps intermédiaire et a subi une triple fracture du métatarse ; Thomas Pfyl (Schwyz) s’est classé cinq fois dans le top 10, mais moins bien qu‘à Sotchi ; Robin Cuche (Saules) a fait les frais des attentes élevées et l’Américaine néo-suisse Stephani Victor (Park City) a brillé en slalom géant avec une quatrième place. « Les différences de performance entre Théo Gmür et ses coéquipiers ne sont pas si grandes qu’il y paraît. Mais Théo a saisi les opportunités, les autres non. Stephani Victor nous a offert une bonne surprise en slalom géant. »
Un bilan négatif

L’équipe de curling en fauteuil roulant est allée à PyeongChang avec l’objectif de se qualifier pour les demi-finales au terme des onze parties du Round Robin. Elle s’est classée sixième. « Les joueurs de curling n’ont pas été à la hauteur des attentes, même s’ils ont parfois réussi de bons matches et ont gagné de manière convaincante. Au final, le bilan est toutefois négatif avec six défaites pour cinq victoires. On peut dire que l’équipe a fourni un énorme effort. Elle appartient aujourd’hui à l’élite mondiale étendue. Le classement le reflète. »
Luca Tavasci (Samedan), seul fondeur suisse de niveau international, a réussi à confirmer la sélection. Il est arrivé dans le milieu du classement lors des trois courses, « mais il dispose du potentiel pour avancer encore. Luca a répondu aux attentes au niveau de la course et de la combativité. Il faut établir pour lui une planification commune, analyser comment l’encourager et le pousser de manière optimale. Que ce soit avec les entraînements, le suivi ou au niveau du matériel. »

05.12.2022

Les courses de para ski alpin ouvrent la saison à St-Moritz

Chaque année, l’élite mondiale du ski paralympique se retrouve à Saint-Moritz. Du 8 au 11 décembre 2022, PluSport Handicap Suisse et l’office du tourisme de Saint-Moritz organisent la FIS Para World Cup sur la piste de la Coupe du monde cette année. Une centaine d’athlètes de 20 nationalités ouvriront officiellement la saison sur le domaine de Corviglia.
Lire plus
30.11.2022

Début de saison pour l'équipe de para ski alpin

C'est avec beaucoup d'élan, des objectifs ambitieux et un nouvel entraîneur que l'équipe de ski alpin entamera dans quelques semaines la nouvelle saison. Avec les courses de Coupe du monde à St-Moritz (8-11 décembre) et Veysonnaz (10-14 janvier) ainsi que les Championnats du monde en Espagne (18-29 janvier), le nouvel entraîneur national Mauritz Trautner ainsi que le quatuor d'athlètes composé de Pascal Christen (29 ans), Robin Cuche (24 ans), Théo Gmür (26 ans) et Thomas Pfyl (35 ans) attendent trois moments forts dans les prochains mois.
Lire plus
25.11.2022

Dans l’élite mondiale en tant qu'athlète professionnelle

Dans la nouvelle édition de la newsletter merci, Swiss Paralympic revient sur la saison d'été réussie des para athlètes. Dans l'interview, la handbikeuse Sandra Stöckli raconte comment et quand elle a pris la décision de tout miser sur la carte du sport.
Lire plus