18. mars 2018

La Cheffe de Mission Luana Bergamin dresse le bilan des Jeux Paralympiques de PyeongChang. L’objectif a été atteint – quoique.

Au moins trois médailles – deux de plus qu’à Sotchi en 2014, telle était la directive de Luana Bergamin pour l’équipe de treiz athlètes. « L’objectif a été atteint », constate la Grisonne au terme des neuf jours de compétition. « D’autant plus que ce sont trois médailles d’or. Cependant, toutes sont sur le compte de Théo Gmür. Il a brillé partout avec des victoires en descente, en super-G et en slalom géant, et pas seulement du point de vue suisse. »
On comptait sur une place de podium pour le vainqueur au classement général de la Coupe du monde et du slalom géant de Haute-Nendaz de 22 ans, mais personne ne pensait à une triple médaille d’or. « Théo s’est préparé de manière concentrée, a pu encore s’améliorer après une saison intense et a inspiré la sympathie. Sans lui, le bilan serait sombre. D’autres athlètes pour lesquels nous espérions une médaille n’ont pas répondu à nos attentes. Même les plus chevronnés doivent entreprendre une analyse des perspectives d’avenir avec nous », demande la Cheffe de Mission.
Le double vainqueur des Jeux Paralympiques Christoph Kunz (Reichenbach) a chuté en super-G avec le meilleur temps intermédiaire et a subi une triple fracture du métatarse ; Thomas Pfyl (Schwyz) s’est classé cinq fois dans le top 10, mais moins bien qu‘à Sotchi ; Robin Cuche (Saules) a fait les frais des attentes élevées et l’Américaine néo-suisse Stephani Victor (Park City) a brillé en slalom géant avec une quatrième place. « Les différences de performance entre Théo Gmür et ses coéquipiers ne sont pas si grandes qu’il y paraît. Mais Théo a saisi les opportunités, les autres non. Stephani Victor nous a offert une bonne surprise en slalom géant. »
Un bilan négatif

L’équipe de curling en fauteuil roulant est allée à PyeongChang avec l’objectif de se qualifier pour les demi-finales au terme des onze parties du Round Robin. Elle s’est classée sixième. « Les joueurs de curling n’ont pas été à la hauteur des attentes, même s’ils ont parfois réussi de bons matches et ont gagné de manière convaincante. Au final, le bilan est toutefois négatif avec six défaites pour cinq victoires. On peut dire que l’équipe a fourni un énorme effort. Elle appartient aujourd’hui à l’élite mondiale étendue. Le classement le reflète. »
Luca Tavasci (Samedan), seul fondeur suisse de niveau international, a réussi à confirmer la sélection. Il est arrivé dans le milieu du classement lors des trois courses, « mais il dispose du potentiel pour avancer encore. Luca a répondu aux attentes au niveau de la course et de la combativité. Il faut établir pour lui une planification commune, analyser comment l’encourager et le pousser de manière optimale. Que ce soit avec les entraînements, le suivi ou au niveau du matériel. »

17.05.2022

Athletes Network soutient les athlètes dans leur carrière après le sport

Swiss Paralympic conclut un partenariat de coopération avec Athletes Network. La plateforme d’Athletes Network soutient les athlètes dans leur transition vers une carrière après le sport et leur offre des contacts avec diverses entreprises.
Lire plus
10.05.2022

Des partenaires fidèles en vue de Paris 2024

Après les Jeux d’hiver de Pékin, le para-sport d’élite peut continuer à compter sur ses fidèles sponsors. Allianz Suisse et la fondation Joseph Voegeli resteront partenaires de Swiss Paralympic jusqu’en 2024. Pour l’année à venir, Rickli+Wyss et Schindler demeureront respectivement fournisseur et équipementier de l’équipe suisse de paracyclisme.
Lire plus
03.05.2022

L'agenda du sport en 2022

Les athlètes d'été ont commencé la saison avec succès. Après les Jeux d’hiver de Pékin, d’autres temps forts figurent à l’agenda de Swiss Paralympic en 2022. Les championnats du monde et d’Europe témoignent également de la diversité du para-sport.
Lire plus