23. janvier 2022

Le slalom parallèle de la dernière journée des Championnats du monde de Para Snow Sports à Lillehammer s’est terminé par l’élimination de tous les skieurs suisses durant les qualifications. Le meilleur Suisse de ces Championnats du monde a été Théo Gmür qui a remporté le bronze en super-G et en slalom géant. Les entraîneurs nationaux en tirent le bilan.

Lors de la dernière compétition des Championnats du monde de Para Snow Sports à Lillehammer, aucun Suisse n’est parvenu à se qualifier aux huitièmes de finale. L’entraîneur national Grégory Chambaz est toutefois satisfait de la performance de l’équipe de ski alpin aux CM: « Notre objectif était de décrocher une médaille, et nous l’avons eue. C'est une bonne base pour les Jeux de Pékin. » Théo Gmür qui a remporté deux médailles de bronze (super-G, slalom géant) s’est démarqué parmi les athlètes suisses.

Selon Grégory Chambaz, la concurrence au sommet est de plus en plus forte. « En hiver, rien n’est plus difficile que de décrocher des médailles en ski alpin chez les hommes », déclare l’entraîneur national. Pour Matthias Schlüssel de PluSport, chef de la délégation aux CM, il s’agit aussi d’une indication de ce à quoi il faudra veiller à l’avenir : « Si la concurrence est de plus en plus forte, nous devons nous aussi, en Suisse, voir dans quels domaines nous pouvons nous améliorer. »

Une équipe suisse de snowboard a participé pour la toute première fois à un championnat du monde. L’entraîneur national Silvan Hofer se réjouit d’autant plus des performances de Romy Tschopp, d’Ellen Walther et d’Aron Fahrni. Les médailles de bronze d’Ellen Walther (3) et de Romy Tschopp (1) dans des compétitions par équipes de trois ou quatre sont certes appréciées à leur juste valeur par tous les participants, mais ce sont avant tout les temps réalisés permettant d’observer les progrès compétition après compétition qui sont essentiels.

« Romy a été si proche des meilleures », déclare Silvan Hofer. Aron Fahrni et Ellen Walther ont également dévoilé leur potentiel. Enfin, il convient de rappeler que Romy Tschopp et Ellen Walther sont les seules de toute la concurrence à dépendre du fauteuil roulant dans leur vie quotidienne, ce qui veut dire qu’elles doivent fournir beaucoup plus d’énergie que leurs adversaires. Le chef de la délégation Matthias Schlüssel regrette que les athlètes aient été privés de bons classements en raison de chutes, mais en fin de compte il constate : « La courbe d’apprentissage évolue constamment vers le haut. »

En ski de fond, Luca Tavasci se trouvait dans une situation particulière : après un test positif au coronavirus, la phase décisive de son entraînement pour les Championnats du monde est tombée à l’eau. En isolement chez lui, l’Engadinois n’a pu arriver à Lillehammer que la deuxième semaine. « Dans ces conditions, la performance de Luca aux 20 km en particulier, où il s’est classé 12e, a été excellente », déclare l’entraîneuse nationale Sandra Gredig.

Au sprint, les conditions s’étaient fortement modifiées après les chutes de neige « cela complique toujours les choses au niveau du matériel », déclare Sandra Gredig, et lorsque la situation est déjà particulière, comme pour Luca Tavasci, la pression est plus forte que pour les concurrents qui ont pu se préparer aux Championnats du monde comme prévu. Le chef de la délégation Matthias Schlüssel avoue aussi être satisfait « même si l’exploit n’a pas eu lieu pour les raisons que nous connaissons ». Il considère que les écarts de temps toujours plus réduits entre Luca Tavasci et la concurrence sont de bon augure.

Photo: Goran Basic
Texte: Christian Andiel
Traduction: Daisy Maglia

30.11.2022

Début de saison pour l'équipe de para ski alpin

C'est avec beaucoup d'élan, des objectifs ambitieux et un nouvel entraîneur que l'équipe de ski alpin entamera dans quelques semaines la nouvelle saison. Avec les courses de Coupe du monde à St-Moritz (8-11 décembre) et Veysonnaz (10-14 janvier) ainsi que les Championnats du monde en Espagne (18-29 janvier), le nouvel entraîneur national Mauritz Trautner ainsi que le quatuor d'athlètes composé de Pascal Christen (29 ans), Robin Cuche (24 ans), Théo Gmür (26 ans) et Thomas Pfyl (35 ans) attendent trois moments forts dans les prochains mois.
Lire plus
25.11.2022

Dans l’élite mondiale en tant qu'athlète professionnelle

Dans la nouvelle édition de la newsletter merci, Swiss Paralympic revient sur la saison d'été réussie des para athlètes. Dans l'interview, la handbikeuse Sandra Stöckli raconte comment et quand elle a pris la décision de tout miser sur la carte du sport.
Lire plus
24.11.2022

Catherine Debrunner, Marcel Hug et Manuela Schär nominés pour les Sports Awards

Trois athlètes en fauteuil roulant sont nominés pour les SRF Sports Awards de cette année. Le ou la para-sportif/ve de l'année sera annoncé/e le 11 décembre dans le cadre de l'émission Sports Awards sur SRF.
Lire plus