25. août 2018

La sprinteuse double amputée tibiale Abassia Rahmani (Winterthour) a remporté sur 200 m son premier titre aux CE d’athlétisme de Berlin. Troisième du 100 m, Alexandra Helbling (Nottwil) a elle décroché sa quatrième médaille, tandis que Beat Bösch (Nottwil) montait pour la deuxième fois sur le podium au terme de son 400 m. Avant la dernière journée de compétition, la Suisse compte 18 médailles (6/3/9).

Abassia Rahmani a hésité jusqu'au dernier moment à prendre le départ de sa course en raison d’une gêne aux adducteurs. Elle explique sa décision de s’élancer : « Ce qui a fait toute la différence, c’est que je pouvais et que je voulais décrocher l’or. Ma course a été mauvaise, mais j'attendais cette médaille depuis les Jeux Paralympiques de Rio. Et quelle satisfaction d’avoir réussi à gagner malgré des douleurs ! ».
La sprinteuse de Winterthour regrettait que la course se soit déroulée avec si peu de participantes. Seule une Espagnole – sur le papier plus rapide qu'elle – lui a en effet disputé la victoire. « J'aurais aimé avoir davantage de concurrence. La course s’est résumée à un duel entre l’Espagnole et moi ». Jusqu'en 2017, les femmes prenaient part à la même course, qu’elles aient une ou deux prothèses. Désormais, elles sont séparées en deux catégories sur 200 m.

Beat Bösch avec le sourir
Sur son 400 m, Beat Bösch (Nottwil), deuxième du 100 m, s’est efforcé jusqu’aux 300 m de rattraper le duo de tête. « Mais j'ai dû me rendre à l’évidence : je n’y parviendrais pas. J’ai donc cherché à assurer ma troisième place. Entre le premier et le quatrième, tout était possible, et je peux donc être satisfait de ce troisième rang », explique cet habitué des grandes compétitions. Son jeune coéquipier Fabian Blum (Pfaffnau) a quant à lui ressenti les efforts consentis sur le 1500 m (où il a pris le bronze). Il s’est finalement classé septième. 2 / Communiqué de presse
La deuxième médaille de bronze suisse de cette avant-dernière journée de compétition a été remportée par l’infatigable Alexandra Helbling (Nottwil). Après une médaille d'or (400 m) et deux d’argent (1500 m/ 200 m), elle a décroché le bronze, et il lui reste encore à disputer le 800 m ce dimanche. Sur cette course, elle aurait aimé réduire la distance qui la séparait de la tête de la course, mais pour une fois, seule la médaille comptait.
 
Berlin. CE d’athlétisme. Hommes. Fauteuil roulant. 400 m. T52 : 1. Kestutis Skucas (LTU) 1’08’’38. 2. Mario Trindade (POR) 1’08’’45. 3. Beat Bösch (SUI/Nottwil) 1’09’’54. – Puis : 7. Fabian Blum (SUI/Pfaffnau) 1’22’’81.
Femmes. Fauteuil roulant. 100 m. T54 : 1. Amanda Kotaja (FIN) 17’’08. 2. Zubeyde Supurgeci (TUR) 17’’16. 3. Alexandra Helbling (SUI/Nottwil) 17’’89.
Debout. 200 m. T62 : 1. Abassia Rahmani (SUI/Winterthour) 29’’32. 2. Sara Andres Barrio (SPA) 29’’83.

05.12.2022

Les courses de para ski alpin ouvrent la saison à St-Moritz

Chaque année, l’élite mondiale du ski paralympique se retrouve à Saint-Moritz. Du 8 au 11 décembre 2022, PluSport Handicap Suisse et l’office du tourisme de Saint-Moritz organisent la FIS Para World Cup sur la piste de la Coupe du monde cette année. Une centaine d’athlètes de 20 nationalités ouvriront officiellement la saison sur le domaine de Corviglia.
Lire plus
30.11.2022

Début de saison pour l'équipe de para ski alpin

C'est avec beaucoup d'élan, des objectifs ambitieux et un nouvel entraîneur que l'équipe de ski alpin entamera dans quelques semaines la nouvelle saison. Avec les courses de Coupe du monde à St-Moritz (8-11 décembre) et Veysonnaz (10-14 janvier) ainsi que les Championnats du monde en Espagne (18-29 janvier), le nouvel entraîneur national Mauritz Trautner ainsi que le quatuor d'athlètes composé de Pascal Christen (29 ans), Robin Cuche (24 ans), Théo Gmür (26 ans) et Thomas Pfyl (35 ans) attendent trois moments forts dans les prochains mois.
Lire plus
25.11.2022

Dans l’élite mondiale en tant qu'athlète professionnelle

Dans la nouvelle édition de la newsletter merci, Swiss Paralympic revient sur la saison d'été réussie des para athlètes. Dans l'interview, la handbikeuse Sandra Stöckli raconte comment et quand elle a pris la décision de tout miser sur la carte du sport.
Lire plus