31. janvier 2019

Les CM de ski paralympique de Sella Nevea ont été le théâtre aujourd’hui du super G et du super-combiné. Théo Gmür a été sacré champion du monde de super G dans la catégorie debout et Thomas Pfyl vice-champion du monde en super-combiné.

Super G hommes, catégorie debout
Le rafleur de médailles valaisan Théo Gmür a encore frappé aujourd’hui. C’est en super G qu’il a remporté la 2e médaille d’or en CM de sa carrière. Avec ses deux médailles d’or (descente et super G) ainsi qu’une médaille d’argent en slalom géant, Théo Gmür confirme de façon impressionnante les performances réalisées aux Jeux Paralympiques en mars 2018. « Je n’arrive pas à croire ce qui s’est passé ces derniers jours. Mon rêve de médaille d’or en CM s’est réalisé deux fois et j’en suis ravi », nous dit le double champion du monde. Thomas Pfyl a quant à lui manqué de peu le bronze en super G. Il a pris la 4e place dans cette discipline, un bon préambule au slalom de super-combiné d’aujourd’hui. Robin Cuche a terminé 6e.
Super G hommes, catégorie assis
Les pilotes de monobob étaient eux aussi sous le feu des projecteurs aujourd’hui à Sella Nevea. Christoph Kunz, le champion du monde de super G 2017, n’a pas pris trop de risques. « Dans des conditions comme aujourd’hui, le danger de chute est très élevé pour nous. La présence de trous dans la trajectoire idéale peut vite nous faire perdre l’équilibre et nous envoyer dans le décor. Je ne suis pas prêt à tenter le tout pour le tout ces jours-là », a expliqué le Bernois. Il a fini 9e. Avec sa 8e place, Murat Pelit a fait son meilleur résultat lors d’une compétition d’envergure, Coupe du monde comprise. Après avoir renoncé à prendre le départ de la descente d’hier en raison des nombreuses chutes, il a aujourd’hui su trouver le bon équilibre entre prise de risque et sécurité.
Super-combiné hommes
Thomas Pfyl a réitéré sa médaille d’argent en slalom et est aussi devenu vice-champion du monde de super G. Le Schwyzois a saisi l’opportunité offerte par sa 4e place en super G en essayant d’attaquer dès le départ. Malgré quelques fautes dans la partie inférieure du parcours, il a terminé 2e. Robin Cuche s’est élancé avant Thomas Pfyl mais avec le même objectif : mettre les gaz et être à la tête du classement. Cela a débouché sur une 4e place. « Les médailles me sont passées sous le nez déjà ce matin, en super G, parce que je n’ai pas pris assez de risques », commente le Neuchâtelois, déçu. Théo Gmür s’est risqué à la discipline qu’il apprécie le moins, le slalom, dans le cadre du combiné. S’il a bien maîtrisé la première partie de la piste, il a ensuite enfourché une porte, ce qui l’a fait chuter. « Je voulais profiter de ce slalom. Et j’ai réussi ! », conclut le Suisse.
Seules deux Suissesses au départ
La Grisonne Bigna Schmidt a terminé dernière des six athlètes qui ont atteint l’arrivée du super G. Elle espérait regagner quelques places en slalom et y est parvenue grâce à l’élimination de deux athlètes, qui lui a permis de se classer 4e. Elena Kratter a eu moins de chance. La sportive originaire de Vorderthal n’a en effet pas pu terminer le super G après une chute due à une irrégularité de la piste.
Résultats Super G :
Sella Nevea (ITA). Championnat du monde en Para Ski Alpin. Super G. Hommes. Debout : 1. Théo Gmür (Haute-Nendaz) 59,23. 2. Arthur Pauched (FRA) 1,29 de retard. 3. Markus Salcher (AUT) 1,83 de retard. 4. Thomas Pfyl (Schwyz) 3,71 zurück. Plus loin : 6. Robin Cuche (Saules) 4,18 zurück. – Assis : 1. Jeroen Kampschreur (NED) 1.01,15. 2. Kurt Oatway (CAN) 3,03 de retard. 3. Jesper Pedersen (NOR) 3,15 de retard. Plus loin : 8. Murat Pelit (Stabio) 6,21 de retard. 9. Christoph Kunz (Reichenbach) 6,84 de retard.
Femmes. Debout : 1. Marie Bochet (FRA) 1.07,46. 2. Andrea Rothfuss (GER) 3,97 de retard. 3. Frederique Turgeon (CAN) 4,14 de retard. Ferner: 5. Bigna Schmidt (Davos-Platz) 8,55 de retard. Elena Kratter (Vorderthal) DNF.
Résultats Super Combinaison :
Sella Nevea (ITA). Championnat du monde en Para Ski Alpin. Super Combinaison. Hommes. Debout : 1. Arthur Pauched (FRA) 1.40,68. 2. Thomas Pfyl (Schwyz) 5,07 de retard. 3. Thomas C Walsh (USA) 6,71 de retard. 4. Robin Cuche (Saules) 7,28 de retard. Théo Gmür DNF. – Assis : 1. Jeroen Kampschreur (NED) 1.46,24. 2. Jesper Pederson (NOR) 2,20 de retard. 3. Takeshi Suzuki (JPN) 3,20 de retard. Plus loin : 6. Murat Pelit (Stabio) 13,96 de retard. Christoph Kunz DNS.
Femmes. Debout : 1. Marie Bochet (FRA) 1.54,70. 2. Andrea Rothfuss (GER) 6,66 de retard. 3. Frederique Turgeon (CAN) 8,02 de retard. 4. Bigna Schmidt (Davos-Platz) 16,18 de retard. Elena Kratter (Vorderthal) DNS.
Photos : Urs Sigg, Sponsor : Kolpa et Syba
https://www.youtube.com/watch?v=BBKDgaHjP9s
https://www.youtube.com/watch?v=phfAFxZYkMQ

16.09.2021

Geberit est nouveau partenaire de Swiss Paralympic

« Le meilleur pour les meilleurs » : C’est en vertu de cette devise que Geberit a conclu un partena-riat avec Swiss Paralympic à la suite du succès rencontré lors des Jeux Paralympiques de Tokyo. L’entreprise active dans le secteur des produits sanitaires et sise à Rapperswil-Jona sera le four-nisseur de la fondation ces deux prochaines années.
Lire plus
13.09.2021

Karin Suter-Erath met fin à une belle carrière sportive

La joueuse de badminton Karin Suter-Erath a clos sa carrière en beauté aux Jeux Paralympiques de Tokyo en remportant une 5e place en simple et une 4e place en double. Elle souhaite à présent se retirer du sport de compétition.
Lire plus
05.09.2021

14 médailles aux Jeux Paralympiques, un record depuis 2004

Les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 sont terminés et ils ont été extrêmement réussis pour la Suisse. Les 13 athlètes féminines et les 8 athlètes masculins ont remporté 14 médailles, dont sept d’or, quatre d’argent et trois de bronze. La dernière fois qu'il y a eu plus de médailles aux Jeux Paralympiques d'été, c'était à Athènes en 2004 (16). Au tableau des médailles, la Suisse occupe la 19e place. La dernière fois qu'elle a fait mieux, c'était à Atlanta en 1996 et c’est à Sydney, en 2000, qu’il y a eu plus de sept médailles d'or (8). N’oublions pas de mentionner que ces dernières années, nous avons assisté à une professionnalisation extrême du para-sport dans le monde entier.
Lire plus